Echo du Vélo
Accueil | Vie des clubs | Cyclisme | Cyclo-cross | Piste | VTT | Randonnées | Le vélo d’André Tignon | BMX
Vous êtes ici : Accueil » VTT

12ème édition de l’EXTREME SUR LOUE


Sur les traces des Mondiaux


.

De nouveaux circuits,une aire d’arrivée flambant neuve, un plateau relevé et des records d’affluence, la 12ème édition de l’Extrême sur Loue fut un grand cru, malgré le temps frais et humide. Avec l’organisation des Championnats du Monde de VTT marathon 2012 dans le viseur, elle était le support de nombreuses évolutions dans le chemin passionnant menant à 2012. Les enseignements sont nombreux et les souvenirs déjà précieux.

L’horizon est dégagé pour l’Extrême sur Loue. Avec l’organisation d’un Championnat national de plus au compteur, l’épreuve ornanaise poursuit son évolution. Pour cette manifestation automnale, il s’agissait en effet de poursuivre son essor. Première réussite, l’aire d’arrivée. Déménagée dans un écrin de verdure à l’Espace Nautiloue, elle fut la principale satisfaction du week-end. Avec son amphithéâtre à ciel ouvert et ses espaces verts, ce lieu résonna la nature et le plaisir.
Autre nouveauté, malgré une météo parfois dantesque, le circuit de 84 km entièrement remodelé a plu aux participants. Bien sûr la boue le rendit encore plus difficile, les visages maculés, les vélos embourbés, le souffle court, tous les concurrents qui passèrent la ligne d’arrivée portaient les marques d’une épreuve très exigeante. Ils ne sont pas près d’oublier cette édition 2010. Les nombreuses casses mécaniques et abandons ont malheureusement été les autres conséquences des conditions climatiques. Même le sourire du vainqueur ne parvenait pas à cacher la douleur de presque cinq heures d’effort. Les 3300 mètres de dénivelé parurent en effet parfois interminables. Mais les heures passées à dénicher le sentier rêvé et à obtenir les autorisations de passage ne sont pas restées vaines pour les organisateurs. L’Elite du VTT français, 3000 participants loisirs, enfants, familles et passionnés sont venus découvrir ce nouveau terrain de jeu et partager un événement sportif et festif. Ils ont apprécié.

Les quatre traditionnelles randonnées labellisées Randos d’Or FFC sont restées les plus fréquentées. Malgré la boue et le froid, le sourire restait accroché aux lèvres à l’arrivée.
Coté course, qu’il fut long et coûteux pour les organismes ce Championnat de France marathon. Après des pluies diluviennes la veille, il fallait s’attendre à un sacré chantier sur les pistes aux abords de la vallée de la Loue. Et ce fut effectivement le cas. Maxime Marotte vainqueur de la Coupe de France de cross country olympique signe un beau doublé pour l’équipe de Michel Hutsebaut qui voit aussi Hélène Marcouyre s’imposer chez les dames. Une semaine après sa victoire à la Forestière, François Bailly Maître rêvait lui d’un doublé. Mais le pilote Scott avoue : « Je n’avais pas les jambes pour suivre dans la première bosse. J’espérais reprendre Maxime en fin de course, mais il avait vraiment trop d’avance. Il n’y avait rien à faire. Je m’étais mis dans la tête au départ que ça allait être très dur et je ne me suis pas trompé ! »
La médaille de bronze a fait l’objet de pas mal de convoitises. Alexis Chenevier, longtemps en position de s’installer sur le podium a craqué en fin de course. Le Vosgien Paul Rémy épate à nouveau et grimpe sur la troisième marche de la caisse nationale.
Chez les dames, la météo capricieuse rendit l’épreuve compliquée. Ce n’est pas Fanny Bourdon qui prétendra le contraire. En tête une bonne partie de la course, elle vit le titre s’envoler après un bris de chaîne. Hélène Marcouyre en profita pour enfiler le maillot tricolore de la longue distance. La Haut-Savoyarde avait pourtant réussi à se débarrasser de ses petites camarades rapidement. Après 20 kilomètres de course, la pilote Beaumes de Venise comptait trois minutes d’avance sur Coralie Redelsperger et Hélène Marcouyre. A partir de ce moment là, les ennuis s’enchaînèrent. Bourdon s’égara et vit son écart se réduire. A quelques kilomètres de l’arrivée, elle cassa sa chaîne. Hélène Marcouyre prit alors le commandement de la course. La pilote BH, après une saison difficile, remporta le titre national de la longue distance pour une poignée de secondes devant sa jeune rivale. Marcouyre endossa donc le maillot tricolore.

Un beau défi attend désormais l’équipe de Bernard Marion en 2012 où l’attention du monde entier sera tournée sur Ornans. Il reste donc à la cité franc-comtoise deux ans pour préparer l’un des plus beaux événements que le VTT puisse vivre. Grâce aux valeurs de passion, de rigueur, de disponibilité et de convivialité restées inchangées depuis 1999, il ne semble faire aucun doute que le Vélo Club Ornans saura honorer ce nouveau défi.
Contact : www.extreme-sur-loue.com

De nouveaux circuits,une aire d’arrivée flambant neuve, un plateau relevé et des records d’affluence, la 12ème édition de l’Extrême sur Loue fut un grand cru, malgré le temps frais et humide. Avec l’organisation des Championnats du Monde de VTT marathon 2012 dans le viseur, elle était le support de nombreuses évolutions dans le chemin passionnant menant à 2012. Les enseignements sont nombreux et les souvenirs déjà précieux.

L’horizon est dégagé pour l’Extrême sur Loue. Avec l’organisation d’un Championnat national de plus au compteur, l’épreuve ornanaise poursuit son évolution. Pour cette manifestation automnale, il s’agissait en effet de poursuivre son essor. Première réussite, l’aire d’arrivée. Déménagée dans un écrin de verdure à l’Espace Nautiloue, elle fut la principale satisfaction du week-end. Avec son amphithéâtre à ciel ouvert et ses espaces verts, ce lieu résonna la nature et le plaisir.
Autre nouveauté, malgré une météo parfois dantesque, le circuit de 84 km entièrement remodelé a plu aux participants. Bien sûr la boue le rendit encore plus difficile, les visages maculés, les vélos embourbés, le souffle court, tous les concurrents qui passèrent la ligne d’arrivée portaient les marques d’une épreuve très exigeante. Ils ne sont pas près d’oublier cette édition 2010. Les nombreuses casses mécaniques et abandons ont malheureusement été les autres conséquences des conditions climatiques. Même le sourire du vainqueur ne parvenait pas à cacher la douleur de presque cinq heures d’effort. Les 3300 mètres de dénivelé parurent en effet parfois interminables. Mais les heures passées à dénicher le sentier rêvé et à obtenir les autorisations de passage ne sont pas restées vaines pour les organisateurs. L’Elite du VTT français, 3000 participants loisirs, enfants, familles et passionnés sont venus découvrir ce nouveau terrain de jeu et partager un événement sportif et festif. Ils ont apprécié.

Les quatre traditionnelles randonnées labellisées Randos d’Or FFC sont restées les plus fréquentées. Malgré la boue et le froid, le sourire restait accroché aux lèvres à l’arrivée.
Coté course, qu’il fut long et coûteux pour les organismes ce Championnat de France marathon. Après des pluies diluviennes la veille, il fallait s’attendre à un sacré chantier sur les pistes aux abords de la vallée de la Loue. Et ce fut effectivement le cas. Maxime Marotte vainqueur de la Coupe de France de cross country olympique signe un beau doublé pour l’équipe de Michel Hutsebaut qui voit aussi Hélène Marcouyre s’imposer chez les dames. Une semaine après sa victoire à la Forestière, François Bailly Maître rêvait lui d’un doublé. Mais le pilote Scott avoue : « Je n’avais pas les jambes pour suivre dans la première bosse. J’espérais reprendre Maxime en fin de course, mais il avait vraiment trop d’avance. Il n’y avait rien à faire. Je m’étais mis dans la tête au départ que ça allait être très dur et je ne me suis pas trompé ! »
La médaille de bronze a fait l’objet de pas mal de convoitises. Alexis Chenevier, longtemps en position de s’installer sur le podium a craqué en fin de course. Le Vosgien Paul Rémy épate à nouveau et grimpe sur la troisième marche de la caisse nationale.
Chez les dames, la météo capricieuse rendit l’épreuve compliquée. Ce n’est pas Fanny Bourdon qui prétendra le contraire. En tête une bonne partie de la course, elle vit le titre s’envoler après un bris de chaîne. Hélène Marcouyre en profita pour enfiler le maillot tricolore de la longue distance. La Haut-Savoyarde avait pourtant réussi à se débarrasser de ses petites camarades rapidement. Après 20 kilomètres de course, la pilote Beaumes de Venise comptait trois minutes d’avance sur Coralie Redelsperger et Hélène Marcouyre. A partir de ce moment là, les ennuis s’enchaînèrent. Bourdon s’égara et vit son écart se réduire. A quelques kilomètres de l’arrivée, elle cassa sa chaîne. Hélène Marcouyre prit alors le commandement de la course. La pilote BH, après une saison difficile, remporta le titre national de la longue distance pour une poignée de secondes devant sa jeune rivale. Marcouyre endossa donc le maillot tricolore.

Un beau défi attend désormais l’équipe de Bernard Marion en 2012 où l’attention du monde entier sera tournée sur Ornans. Il reste donc à la cité franc-comtoise deux ans pour préparer l’un des plus beaux événements que le VTT puisse vivre. Grâce aux valeurs de passion, de rigueur, de disponibilité et de convivialité restées inchangées depuis 1999, il ne semble faire aucun doute que le Vélo Club Ornans saura honorer ce nouveau défi.
Contact : www.extreme-sur-loue.com

xtrem2010 scratch dames
xtrem2010 scratch hommes
Chronométrage, Inscription en ligne, plaques/dossards pour épreuves course à pied sur route hors stade, Trail, Cross, Cyclo, VTT, Triathlon, Ekiden, Relais, Raid, Run&Bike...

Association Echo du Vélo - www.echoduvelo.com - Toute l'actualité du cyclisme en Nord Pas de Calais