Echo du Vélo
Accueil | Vie des clubs | Cyclisme | Cyclo-cross | Piste | VTT | Randonnées | Le vélo d’André Tignon | BMX
Vous êtes ici : Accueil » Cyclo-cross

John Gadret « Dans un Championnat, c’est chacun sa peau »


Le bruaysien à la conquête d’un 3éme sacre

L’année 2011 à peine terminée, le cycliste bruaysien pensionnaire de l’ USOBL part en Bretagne dimanche 8 janvier à la conquête d’un nouveau maillot tricolore qu’il espère décrocher sur le circuit physique de Quelneuc. Affûté et motivé comme jamais, John Gadret ,déjà vainqueur à deux reprises du championnat de France (2004 et 2006), espère porter en 2012 la tunique bleu blanc rouge.

Il était fatigué en cette fin d’année 2011. Et on peut le comprendre après une année riche en courses et en émotions avec en point d’orgue le Giro et sa quatrième place au classement général, et notamment une victoire historique lors de la onzième étape de ce tour d’Italie. S’il était aussi fatigué, c’est également parce que John Gadret mise beaucoup sur la préparation avant les grands rendez-vous : « Je ne laisse rien au hasard, je me donne à fond dans la préparation pour être au point le jour J », lâche le cycliste qui joue sur les deux tableaux : route et cyclo-cross. Depuis début décembre, le Bruaysien multiplie les efforts. « J’ai commencé à intensifier les entraînements un mois avant les championnats de France de cyclo-cross. La charge physique est importante, mais il faut passer par là si on veut faire un résultat », ajoute-t-il. Lui qui a brillé au printemps sur les routes bitumées de France et à l’étranger a débuté à l’automne sa saison en cyclo-cross. « Elle se passe bien. Les résultats sont corrects, les performances suivent même si je n’avais pas d’ambition particulière pour cette saison de cyclo-cross, excepté endosser la tunique tricolore lors des championnats de France ».

Sa meilleure performance, il l’a obtenue lors d’une manche de la Coupe du monde de cyclo-cross à Namur. Une dixième place qui est de bon augure pour le Bruaysien, car à Namur il a pu se frotter à ce qui se fait de mieux en matière de cyclo-cross : les Belges. Et pour arriver à ce qui serait son troisième sacre de champion de France, John Gadret a une recette qu’il espère bonne. Il enchaîne depuis un mois les séances de fractionné en cyclo-cross, le home-trainer et chaque jour il est sur son vélo, matin et après-midi, à parcourir les routes : « Je fais tout pour être en forme, après ce n’est qu’une course et tout peut arriver ». Une semaine avant la compétition, John Gadret sait qu’il faut se relâcher, digérer cette préparation physique, mais aussi perdre un peu de poids, ce qui peut sembler étonnant quand on connaît le gabarit du cycliste de l’équipe AG2R - La Mondiale : « C’est juste un ou deux kilos à perdre pour être au top. Je ne dois pas perdre trop, car avec l’hiver il ne faut pas que je sois trop maigre », souligne-t-il. Ces quelques hectogrammes feront peut-être la différence le jour J.

Sur le circuit breton de Quelneuc, dimanche 8 janvier, John Gadret sait que tout peut être remis en cause : « On joue le titre sur une course d’une heure. Même si la préparation est excellente, il faut encore ne pas faire d’erreurs techniques, ni même tactiques ». Et le cycliste bruaysien a l’expérience des grands rendez-vous. Il truste les podiums des championnats de France de cyclo-cross depuis 2002. Une décennie lors de laquelle John Gadret est monté à huit reprises sur le podium et a été sacré champion de France deux fois. C’est dire s’il va être marqué de près par ses adversaires.

« Si j’y vais c’est pour être champion de France »

 

Et des adversaires, John Gadret va en avoir : « Ce ne sera pas simple de l’emporter ! », reconnaît-il. Parmi les principaux candidats à la victoire, on retrouvera Francis Mourey, le quintuple champion de France en titre et ses deux compères de l’équipe FDJ Steve Chainel et Arnold Jeannesson mais aussi Nicolas Bazin et Matthieu Boulo. Il assure, à 32 ans, que s’il participe à ce championnat de France de cyclo-cross, « c’est pour jouer la gagne. Il n’y a que la première place qui m’intéresse ». Et d’ajouter avec un peu de recul : « Au final, un podium serait bien, mais quand tu prends le départ d’une course, c’est pour la gagner ! ». Sur le circuit « très physique » de Quelneuc, John Gadret a toutes ses chances. « C’est un circuit que je connais, il est physique mais assez roulant avec un faux plat montant qui pourrait être à mon avantage si le terrain n’est pas trop gras », poursuit-il.

S’il reconnaît que le cyclo-cross n’est pas reconnu à sa juste valeur - une discipline qui gagne à être connue -, il sait ce que cela fait de revêtir le maillot tricolore : « En plus de la satisfaction de la victoire, on entend la Marseillaise et on porte le maillot toute l’année ». Des moments d’émotions que le Bruaysien souhaite revivre cette année en mettant fin au cycle Mourey. Ce championnat de France doit lui permettre, s’il obtient le résultat escompté, de prendre place dans le bon wagon qui le mènera au championnat du monde de la discipline le 29 janvier à Coxyde (Belgique). Fin janvier prendra fin sa saison de cyclo-cross, « après ce sera trois semaines de repos ». Quand on lui pose la question de la fatigue accumulée par l’enchaînement des courses sur route et cyclo-cross, il répond qu’il le fait depuis plusieurs saisons et que le cyclo-cross ne l’a pas empêché de réaliser une très bonne année 2011 sur route. Voilà les adversaires de John Gadret prévenus !

Merci à Marc VASSEUR pour le reportage.

L’année 2011 à peine terminée, le cycliste bruaysien pensionnaire de l’ USOBL part en Bretagne dimanche 8 janvier à la conquête d’un nouveau maillot tricolore qu’il espère décrocher sur le circuit physique de Quelneuc. Affûté et motivé comme jamais, John Gadret ,déjà vainqueur à deux reprises du championnat de France (2004 et 2006), espère porter en 2012 la tunique bleu blanc rouge.

Il était fatigué en cette fin d’année 2011. Et on peut le comprendre après une année riche en courses et en émotions avec en point d’orgue le Giro et sa quatrième place au classement général, et notamment une victoire historique lors de la onzième étape de ce tour d’Italie. S’il était aussi fatigué, c’est également parce que John Gadret mise beaucoup sur la préparation avant les grands rendez-vous : « Je ne laisse rien au hasard, je me donne à fond dans la préparation pour être au point le jour J », lâche le cycliste qui joue sur les deux tableaux : route et cyclo-cross. Depuis début décembre, le Bruaysien multiplie les efforts. « J’ai commencé à intensifier les entraînements un mois avant les championnats de France de cyclo-cross. La charge physique est importante, mais il faut passer par là si on veut faire un résultat », ajoute-t-il. Lui qui a brillé au printemps sur les routes bitumées de France et à l’étranger a débuté à l’automne sa saison en cyclo-cross. « Elle se passe bien. Les résultats sont corrects, les performances suivent même si je n’avais pas d’ambition particulière pour cette saison de cyclo-cross, excepté endosser la tunique tricolore lors des championnats de France ».

Sa meilleure performance, il l’a obtenue lors d’une manche de la Coupe du monde de cyclo-cross à Namur. Une dixième place qui est de bon augure pour le Bruaysien, car à Namur il a pu se frotter à ce qui se fait de mieux en matière de cyclo-cross : les Belges. Et pour arriver à ce qui serait son troisième sacre de champion de France, John Gadret a une recette qu’il espère bonne. Il enchaîne depuis un mois les séances de fractionné en cyclo-cross, le home-trainer et chaque jour il est sur son vélo, matin et après-midi, à parcourir les routes : « Je fais tout pour être en forme, après ce n’est qu’une course et tout peut arriver ». Une semaine avant la compétition, John Gadret sait qu’il faut se relâcher, digérer cette préparation physique, mais aussi perdre un peu de poids, ce qui peut sembler étonnant quand on connaît le gabarit du cycliste de l’équipe AG2R - La Mondiale : « C’est juste un ou deux kilos à perdre pour être au top. Je ne dois pas perdre trop, car avec l’hiver il ne faut pas que je sois trop maigre », souligne-t-il. Ces quelques hectogrammes feront peut-être la différence le jour J.

Sur le circuit breton de Quelneuc, dimanche 8 janvier, John Gadret sait que tout peut être remis en cause : « On joue le titre sur une course d’une heure. Même si la préparation est excellente, il faut encore ne pas faire d’erreurs techniques, ni même tactiques ». Et le cycliste bruaysien a l’expérience des grands rendez-vous. Il truste les podiums des championnats de France de cyclo-cross depuis 2002. Une décennie lors de laquelle John Gadret est monté à huit reprises sur le podium et a été sacré champion de France deux fois. C’est dire s’il va être marqué de près par ses adversaires.

« Si j’y vais c’est pour être champion de France »

 

Et des adversaires, John Gadret va en avoir : « Ce ne sera pas simple de l’emporter ! », reconnaît-il. Parmi les principaux candidats à la victoire, on retrouvera Francis Mourey, le quintuple champion de France en titre et ses deux compères de l’équipe FDJ Steve Chainel et Arnold Jeannesson mais aussi Nicolas Bazin et Matthieu Boulo. Il assure, à 32 ans, que s’il participe à ce championnat de France de cyclo-cross, « c’est pour jouer la gagne. Il n’y a que la première place qui m’intéresse ». Et d’ajouter avec un peu de recul : « Au final, un podium serait bien, mais quand tu prends le départ d’une course, c’est pour la gagner ! ». Sur le circuit « très physique » de Quelneuc, John Gadret a toutes ses chances. « C’est un circuit que je connais, il est physique mais assez roulant avec un faux plat montant qui pourrait être à mon avantage si le terrain n’est pas trop gras », poursuit-il.

S’il reconnaît que le cyclo-cross n’est pas reconnu à sa juste valeur - une discipline qui gagne à être connue -, il sait ce que cela fait de revêtir le maillot tricolore : « En plus de la satisfaction de la victoire, on entend la Marseillaise et on porte le maillot toute l’année ». Des moments d’émotions que le Bruaysien souhaite revivre cette année en mettant fin au cycle Mourey. Ce championnat de France doit lui permettre, s’il obtient le résultat escompté, de prendre place dans le bon wagon qui le mènera au championnat du monde de la discipline le 29 janvier à Coxyde (Belgique). Fin janvier prendra fin sa saison de cyclo-cross, « après ce sera trois semaines de repos ». Quand on lui pose la question de la fatigue accumulée par l’enchaînement des courses sur route et cyclo-cross, il répond qu’il le fait depuis plusieurs saisons et que le cyclo-cross ne l’a pas empêché de réaliser une très bonne année 2011 sur route. Voilà les adversaires de John Gadret prévenus !

Merci à Marc VASSEUR pour le reportage.


Association Echo du Vélo - www.echoduvelo.com - Toute l'actualité du cyclisme en Nord Pas de Calais