Echo du Vélo
Accueil | Vie des clubs | Cyclisme | Cyclo-cross | Piste | VTT | Randonnées | Le vélo d’André Tignon | BMX
Vous êtes ici : Accueil » Cyclisme

Tour de France - Rencontre


Avec le nordiste John Gadret, et son équipe AG2R la mondiale


Jean-Marc Hecquet

LUNDI 4 JUILLET 2011 – départ de la 3ème étape d’Olonne sur Mer (Vendée) à Redon (Ile et Vilaine), 198 km


Habitué à rencontrer des fans du nord, de champagne pendant le tour, le seul nordiste sur la grande boucle 2011, aborde son nième tour très détendu.

Comment as-tu abordé ce tour ? Et comparativement au Giro ?
Sans pression, dans de bonnes conditions, je n’ai pas d’objectif au général. Par contre sur le Giro, la pression était là, je visais le top 10.
John a effectivement atteint son objectif puisqu’il a terminé 7ème, donc dans le top 10.

Le dossard 104 te va ? il y a t-il un n° que tu préfères, détestes ?
« Pas spécialement, tout n° me va. »
Alors que certains coureurs redoutent certains numéros de dossard, lui ne copine pas avec la superstition, sachant que le perfectionnisme avec lequel il réagit et agit le suivra jusqu’à ce que ses roues passent la ligne d’arrivée.

Quel est ton sentiment sur la 1ère étape (samedi 2 juillet, Passage du Gois - les Herbiers, 191,5 km, vendée) ?
« C’était très nerveux, ça frottait partout. On a perdu du temps, dommage même si je ne joue pas le général.  »

Et le contre la montre par équipes, comment l’as-tu expérimenté ? Quel était ton rôle ? L’as-tu rempli ?
J’étais simple coéquipier. Nous avons tenu la cadence, seul un coureur a été lâché. Nous avons tous fait ce que nous pouvions.
A noter qu’AG2R termine à 53 s de l’équipe Garmin-Cervélo qui a remporté ce CLM par équipes.

Où comptes-tu marquer le tour ? Tu as bien l’intention de faire une victoire d’étape en montagne ?
Je n’ai pas d’étape prédéterminée en vue. Toute étape est bonne à prendre. Rien n’est donc ciblé, on verra.
Ce sera donc une étape surprise ?
Oui tout à fait.

Ta famille te rejoint quand ?
Le 18, 1er jour de repos mais j’ai des visites régulières, pas seulement de la région nord.


QUELQUES INFOS DE LAURENT BIONDI, DIRECTEUR SPORTIF D’AG2R, EQUIPE DE JOHN GADRET

Alors que Vincent Lavenu, manager et directeur sportif communiquera les particularités de route aux coureurs, affinera la stratégie de course au fur et à mesure du déroulé de l’étape, le rôle du 2nd directeur sportif est méconnu du grand public. Malgré le road-book remis par ASO, fixant bon nombre de détails sur le parcours, les équipes mandatent une personne pour reconnaître chaque détail en direct. Comme il est de pratique dans toutes les équipes et depuis 2007, Laurent Biondi va réaliser cet exercice méticuleux, de manière à prémunir ses coureurs de toute surprise. C’est dire le haut niveau de technicité qui entoure la pratique du cyclisme professionnel, lors du challenge le plus symbolique, le plus fort dans la vie cycliste : le Tour de France. Tant du côté des organisateurs (ASO, villes, partenaires...) que des participants (équipes), on s’attache à la perfection, comme dans la pratique des rallyes automobiles signale Laurent Biondi. Il est impossible de laisser quoi que ce soit au hasard. La reconnaissance le jour même, peu avant que l’équipe emprunte le circuit, « c’est le plus apporté aux coureurs. » conclut-il.
Il faut retenir que la pratique du cyclisme au très haut niveau signifie la conception, l’élaboration de matériels intégrant les dernières nouveautés techniques/technologiques ; de multiples essais jusqu’à ce que la machine soit adaptée au coureur. Indépendamment de cette richesse matérielle, encore faut-il que l’athlète ait comme il le dit souvent dans ce sport « la tête et les jambes », sans oublier que les conditions météo influent et que le niveau des concurrents est déterminant.
elisabeth.noyelle@club-internet.fr

LUNDI 4 JUILLET 2011 – départ de la 3ème étape d’Olonne sur Mer (Vendée) à Redon (Ile et Vilaine), 198 km


Habitué à rencontrer des fans du nord, de champagne pendant le tour, le seul nordiste sur la grande boucle 2011, aborde son nième tour très détendu.

Comment as-tu abordé ce tour ? Et comparativement au Giro ?
Sans pression, dans de bonnes conditions, je n’ai pas d’objectif au général. Par contre sur le Giro, la pression était là, je visais le top 10.
John a effectivement atteint son objectif puisqu’il a terminé 7ème, donc dans le top 10.

Le dossard 104 te va ? il y a t-il un n° que tu préfères, détestes ?
« Pas spécialement, tout n° me va. »
Alors que certains coureurs redoutent certains numéros de dossard, lui ne copine pas avec la superstition, sachant que le perfectionnisme avec lequel il réagit et agit le suivra jusqu’à ce que ses roues passent la ligne d’arrivée.

Quel est ton sentiment sur la 1ère étape (samedi 2 juillet, Passage du Gois - les Herbiers, 191,5 km, vendée) ?
« C’était très nerveux, ça frottait partout. On a perdu du temps, dommage même si je ne joue pas le général.  »

Et le contre la montre par équipes, comment l’as-tu expérimenté ? Quel était ton rôle ? L’as-tu rempli ?
J’étais simple coéquipier. Nous avons tenu la cadence, seul un coureur a été lâché. Nous avons tous fait ce que nous pouvions.
A noter qu’AG2R termine à 53 s de l’équipe Garmin-Cervélo qui a remporté ce CLM par équipes.

Où comptes-tu marquer le tour ? Tu as bien l’intention de faire une victoire d’étape en montagne ?
Je n’ai pas d’étape prédéterminée en vue. Toute étape est bonne à prendre. Rien n’est donc ciblé, on verra.
Ce sera donc une étape surprise ?
Oui tout à fait.

Ta famille te rejoint quand ?
Le 18, 1er jour de repos mais j’ai des visites régulières, pas seulement de la région nord.


QUELQUES INFOS DE LAURENT BIONDI, DIRECTEUR SPORTIF D’AG2R, EQUIPE DE JOHN GADRET

Alors que Vincent Lavenu, manager et directeur sportif communiquera les particularités de route aux coureurs, affinera la stratégie de course au fur et à mesure du déroulé de l’étape, le rôle du 2nd directeur sportif est méconnu du grand public. Malgré le road-book remis par ASO, fixant bon nombre de détails sur le parcours, les équipes mandatent une personne pour reconnaître chaque détail en direct. Comme il est de pratique dans toutes les équipes et depuis 2007, Laurent Biondi va réaliser cet exercice méticuleux, de manière à prémunir ses coureurs de toute surprise. C’est dire le haut niveau de technicité qui entoure la pratique du cyclisme professionnel, lors du challenge le plus symbolique, le plus fort dans la vie cycliste : le Tour de France. Tant du côté des organisateurs (ASO, villes, partenaires...) que des participants (équipes), on s’attache à la perfection, comme dans la pratique des rallyes automobiles signale Laurent Biondi. Il est impossible de laisser quoi que ce soit au hasard. La reconnaissance le jour même, peu avant que l’équipe emprunte le circuit, « c’est le plus apporté aux coureurs. » conclut-il.
Il faut retenir que la pratique du cyclisme au très haut niveau signifie la conception, l’élaboration de matériels intégrant les dernières nouveautés techniques/technologiques ; de multiples essais jusqu’à ce que la machine soit adaptée au coureur. Indépendamment de cette richesse matérielle, encore faut-il que l’athlète ait comme il le dit souvent dans ce sport « la tête et les jambes », sans oublier que les conditions météo influent et que le niveau des concurrents est déterminant.
elisabeth.noyelle@club-internet.fr


Association Echo du Vélo - www.echoduvelo.com - Toute l'actualité du cyclisme en Nord Pas de Calais